L’histoire des briquets : qui les a inventés

Imaginez un agréable barbecue dans votre jardin ou un bain moussant éclairé à la lueur des chandelles. Qu’ont ces deux scénarios en commun ? La nécessité d’un briquet. Ce petit objet dont on ne mesure souvent pas l’importance historique. À l’école, les programmes couvrent abondamment l’histoire des présidents, des grandes batailles, des rois et même des figures historiques. Pourtant, l’histoire du briquet, cet outil qui a traversé les siècles et révolutionné notre manière d’accéder au feu, est rarement enseignée. Considérez cet oubli réparé : votre intérêt pour l’histoire du briquet est non seulement validé mais également encouragé. Cet instrument modeste mais puissant mérite sa place dans les récits des innovations qui ont modelé le monde.

Invention du Briquet en 1805

Les briquets et les allumettes ont eu une influence notable dans plusieurs domaines tels que la publicité, la technologie, et même lors des conflits mondiaux. Leur évolution commence bien avant leur invention, dès l’ère paléolithique, lorsque l’Homo erectus découvre le feu. Cette maîtrise a marqué un tournant crucial pour la survie et le développement de notre espèce, menant finalement à l’invention du briquet en 1805.

En 1823, Johann Wolfgang Döbereiner a marqué un tournant significatif dans l’histoire de l’allumage en inventant le premier briquet, appelé la « lampe de Döbereiner« . Ce dispositif ne ressemblait guère aux briquets modernes que nous utilisons aujourd’hui. Au lieu d’un mécanisme compact et portable, la lampe de Döbereiner était relativement encombrante et complexe, souvent montée sur une base stable pour éviter les accidents.

L'histoire des briquets

Son fonctionnement reposait sur une réaction chimique entre le zinc et l’acide sulfurique, qui produisait de l’hydrogène. Ce gaz était ensuite dirigé vers une source de platine, catalysant la combustion et produisant une flamme. Bien que révolutionnaire, ce briquet présentait plusieurs inconvénients notables. Il était difficile à utiliser, nécessitant une préparation minutieuse et une manipulation soignée des réactifs chimiques. De plus, il était extrêmement dangereux en raison des risques d’explosion liés à l’hydrogène et des matériaux corrosifs impliqués.

Malgré ces défis, la lampe de Döbereiner a ouvert la voie à d’autres innovations dans le domaine des briquets et a posé les bases des développements futurs qui conduiraient aux briquets plus sûrs et plus pratiques que nous connaissons aujourd’hui.

La Première Allumette

En ce qui concerne les allumettes, leur histoire commence avec le chimiste français Jean-Louis Chancel, qui développe la première allumette au phosphore. Bien que difficile à allumer et produisant une fumée épaisse et malodorante, cette innovation a posé les bases des futurs développements dans le domaine des dispositifs d’allumage. Ces avancées ont facilité l’accès au feu.

Une Allumette par Friction

En 1826, l’inventeur anglais John Walker a développé une allumette capable de s’enflammer par friction. Malheureusement, Walker n’a pas breveté sa découverte, laissant ainsi une opportunité pour d’autres d’exploiter son invention. C’est le cas de Samuel Jones, un entrepreneur qui a repris l’idée de Walker et l’a commercialisée sous le nom de « Lucifers« , quelques années seulement après la création de Walker.

La conception des allumettes a continué à évoluer et, en 1892, l’Américain Joshua Pusey a breveté la boîte d’allumettes. Son invention, bien que pratique, était volumineuse car elle ressemblait plus à un carnet qu’à une boîte. Voyant le potentiel de ce brevet, la Diamond Match Company l’a acheté et a fait des modifications pour vendre les allumettes dans un format plus compact et pratique, ce qui a permis une distribution à grande échelle à travers le pays.

L’ère du marketing et de la publicité a vu les allumettes devenir un support de choix pour les marques, avec en 1902 la création des premières allumettes de marque par la Pabst Brewing Company à Milwaukee. Les allumettes étaient alors non seulement un outil utilitaire mais également un moyen pour les entreprises de promouvoir leurs produits et services. Bien que l’utilisation des allumettes par les entreprises de restauration et de boissons soit moins répandue aujourd’hui, en raison des alternatives modernes comme les briquets et les dispositifs d’allumage électroniques, les allumettes de collection restent prisées des collectionneurs et des nostalgiques, témoignant d’une époque révolue où la fonctionnalité se mariait avec la publicité.

Invention du Ferrocérium

En 1903, l’innovateur autrichien Carl Auer von Welsbach a obtenu un brevet pour une de ses inventions les plus marquantes : le ferrocérium. Il s’agit d’un alliage de métaux synthétique qui, lorsqu’il est gratté ou frappé, produit des étincelles intenses. Cette découverte fut révolutionnaire car elle permit d’améliorer significativement la fiabilité et l’efficacité des briquets.

L'histoire des briquets Silex

Communément désigné sous le terme de « pierre à briquet » ou « silex » dans le langage courant, cet alliage a contribué à l’avènement des briquets portables, ceux que nous connaissons et utilisons aujourd’hui. Avant cela, les briquets étaient souvent volumineux et peu pratiques pour une utilisation quotidienne. Avec le ferrocérium, von Welsbach a rendu possible la création de briquets compacts, portables et capables de produire une flamme de manière fiable en toutes circonstances.

Ce progrès a eu un impact non seulement sur les briquets, mais également sur divers domaines nécessitant une source d’ignition fiable et portable, tels que les équipements de survie et les outils d’urgence. La contribution de von Welsbach au développement de la technologie d’allumage moderne est donc un jalon important dans l’histoire de l’innovation technique.

Création du Premier Briquet Fantaisie

En 1910, Louis Aronson, le fondateur de Ronson Lighters, a introduit une innovation sur le marché des briquets avec la création du premier briquet fantaisie, le « Pist-O-Liter« . Cette pièce unique était conçue pour ressembler à un pistolet à long canon, intégrant la fonctionnalité d’un briquet dans un objet qui évoquait l’esthétique et l’attrait d’une arme à feu du 19e siècle. La particularité de ce briquet résidait dans son mécanisme d’allumage : la gâchette, lorsqu’elle était pressée, actionnait l’ignition et produisait une flamme.

L'histoire des briquets Pist-O-Liter

Ce design novateur ne se contentait pas d’être fonctionnel ; il visait également à susciter l’intérêt et la conversation, transformant l’objet du quotidien en un véritable sujet de curiosité. L’approche d’Aronson en matière de conception de briquets a ouvert la voie à une multitude de briquets fantaisie, où la forme et la fonction se rencontrent pour créer des objets à la fois pratiques et esthétiques. Ces briquets sont devenus des collectibles recherchés, illustrant un aspect de la culture matérielle qui valorise l’originalité et le design personnel.

« Briquet de Tranchée : Les Briquets Ingénieux en Douilles de Balles de la Première Guerre Mondiale »

Durant la Première Guerre mondiale en 1914, les soldats sur le front ont fait preuve d’une ingéniosité remarquable en matière de survie et d’autonomie. Une de leurs créations les plus notables a été la transformation de douilles de balles usagées en briquets. Ces briquets improvisés offraient un avantage tactique significatif par rapport aux allumettes traditionnelles. En effet, les allumettes étaient susceptibles de produire une grande étincelle visible de loin, pouvant trahir la position d’un soldat dans l’obscurité et le silence des tranchées. Les briquets fabriqués à partir de douilles étaient non seulement plus discrets, mais aussi réutilisables et résistants aux éléments difficiles du front.

Ces briquets faits main sont devenus des objets de collection et de souvenir, témoignant de la résilience et de la débrouillardise des soldats. Aujourd’hui, des répliques de ces briquets peuvent être trouvées comme objets de collection ou de commémoration, souvent disponibles dans des boutiques spécialisées.

Le Briquet Automatique ‘Banjo’ 1926 par Ronson Lighters »

En 1926, Ronson Lighters a marqué un tournant dans l’histoire de la technologie des briquets avec l’introduction du premier briquet automatique, nommé le « Banjo« . Ce modèle révolutionnaire se distinguait par son design innovant et sa facilité d’utilisation. Son apparence argentée et sa forme inhabituelle, évoquant celle d’un banjo.

Le fonctionnement du Banjo était simple et efficace : une simple pression sur un bouton permettait d’allumer la flamme, et la relâcher éteignait le briquet. Cette mécanique intuitive était résumée par le slogan extrêmement populaire : « Poussez, il est allumé ; relâchez, il est éteint. »

Le Banjo a donc non seulement simplifié l’utilisation des briquets mais a également établi un nouveau standard dans le domaine, influençant les designs futurs et consolidant la réputation de Ronson en tant que leader innovant dans l’industrie des accessoires pour fumeurs.

Le Briquet Semi-Automatique Colibri, Symbole d’Excellence depuis 1928

En 1928, la marque Colibri, déjà reconnue dans l’industrie des accessoires pour fumeurs, a révolutionné le marché avec l’invention du briquet semi-automatique. Cette innovation, combinant praticité et raffinement technique. Le mécanisme semi-automatique de ces briquets permettait une allumage plus rapide et plus facile que les modèles manuels traditionnels, sans toutefois recourir à l’automatisation complète des versions ultérieures.

Briquet Colibri

Les briquets semi-automatiques de Colibri se distinguent par un mécanisme où l’utilisateur actionne une commande qui ouvre le capot du briquet et produit une flamme, le tout en un seul mouvement. Cette caractéristique les rend particulièrement appréciés par les amateurs de cigares, pour qui la facilité d’utilisation et la fiabilité sont primordiales.

Aujourd’hui, ces briquets continuent de jouir d’une grande popularité sur le marché, témoignant de leur qualité durable et de leur design intemporel. Colibri a réussi à maintenir une position de leader dans le secteur grâce à son engagement constant en faveur de l’innovation et de l’excellence, faisant des briquets semi-automatiques un choix de prédilection pour les connaisseurs de cigares à travers le monde.

Zippo, Symbole Américain de Robustesse Depuis 1932

En 1932, en Pennsylvanie, George Blaisdell a fondé la marque Zippo, qui allait devenir célèbre pour ses briquets robustes et fiables. Blaisdell a été inspiré par un modèle de briquet autrichien, mais il a cherché à améliorer son design pour le rendre plus pratique et maniable. Le résultat fut un briquet qui pouvait être utilisé d’une seule main et qui résistait au vent, une innovation qui a rapidement séduit les consommateurs.

L'histoire des briquets Zippo

Les briquets Zippo sont rapidement devenus emblématiques, non seulement pour leur durabilité et leur fiabilité mais aussi pour leur design distinctif qui permettait une personnalisation facile. Avec leur couvercle caractéristique à charnière et leur son « clic » reconnaissable, les Zippos ont conquis un large public, allant des militaires en service aux collectionneurs et utilisateurs quotidiens.

Aujourd’hui, Zippo continue de jouir d’une forte réputation, soutenue par une image de marque qui évoque la résistance et la qualité américaine. Leurs briquets sont toujours fabriqués en Pennsylvanie et restent un symbole de durabilité et de fiabilité, faisant de Zippo une marque toujours aussi présente et respectée sur le marché mondial.

Allumage Piézoélectriques

À la fin des années 1950, l’innovation a marqué l’univers des briquets avec l’introduction des modèles piézoélectriques. Ces dispositifs novateurs utilisaient un marteau à ressort qui frappait des cristaux de quartz pour générer une étincelle, éliminant ainsi le besoin de pierre à feu traditionnelle.

La décennie suivante a vu une autre avancée majeure avec l’invention du premier briquet jetable par la société française Feudor en 1961. Initialement nommé « Le Bâton« , ce briquet a gagné en popularité jusqu’à être acquis par Gillette et rebaptisé « Le Criquet« . Ce changement de nom marquait une nouvelle ère pour les briquets jetables, qui devenaient un produit de consommation courante.

Durant les années 1960 et 1970, en pleine guerre du Vietnam, les soldats américains adoptèrent les briquets Zippo comme un moyen d’expression personnelle, gravant des slogans et des motifs qui reflétaient leurs convictions et valeurs. Ces Zippos n’étaient pas seulement des outils, mais de véritables symboles personnels. L’histoire raconte même qu’un Zippo a sauvé la vie d’un soldat en arrêtant une balle.

L’histoire des briquets : qui les a inventés

Bic, Premier Briquet Jetable Économique

En 1973, l’entreprise BIC a révolutionné le marché avec la création du premier briquet jetable économique, accessible à un large public. Disponible initialement en un nombre limité de couleurs, ce briquet combinait praticité et accessibilité, répondant ainsi aux besoins quotidiens de millions de personnes.

L’année 1996, l’introduction par BIC de la meule à pierre dotée d’un dispositif de sécurité pour enfants. Cette innovation répondait à une préoccupation croissante quant à la sécurité des briquets à la maison, réduisant considérablement les risques d’accidents chez les plus jeunes.

Le Briquet Long

En 2002, BIC a lancé un produit spécialement conçu pour les amateurs de barbecue : le briquet long BIC. Cet outil, allongé et pratique, s’est avéré être également idéal pour allumer des bougies, surtout celles dont la mèche est presque terminée et difficilement accessible avec un briquet standard. Ce briquet long de cuisine, avec son manche étendu, permet d’atteindre des endroits étroits et éloignés, assurant ainsi sécurité et confort lors de son utilisation.

Pour célébrer le 40ème anniversaire de l’entreprise en 2013, BIC a organisé le concours « Best of You » destiné à ses fidèles fans. Ce concours créatif invitait les participants à concevoir leurs propres motifs de briquets. Les 11 meilleures créations ont été sélectionnées pour figurer dans une série spéciale anniversaire, permettant ainsi aux gagnants de voir leurs designs distribués à grande échelle.

Le Briquet Électrique

En 2016, une campagne de financement participatif a été lancée pour soutenir le développement d’un nouveau type de briquet : le briquet électrique, conçu par Mark Pauling, un innovateur new-yorkais. Ce dispositif utilise un arc électrique, généré par un aimant interne, pour produire une flamme. Ce système novateur représente une avancée significative en termes de sécurité et d’efficacité énergétique par rapport aux briquets traditionnels.

L’année 2019 a marqué un tournant pour les briquets à l’ère numérique. Les nouveaux modèles, rechargeables via USB, sont dotés de grands écrans LED sur leur face avant, offrant une interface utilisateur modernisée et des fonctionnalités améliorées. Ces briquets technologiquement avancés reflètent l’adaptation continue des accessoires du quotidien aux besoins et aux technologies contemporaines, fusionnant fonctionnalité traditionnelle et innovation numérique.

Publications similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *